S’il n’en reste qu’une, de Patrice Franceschi

Je suis généralement peu attentive aux Prix littéraires, sauf au Prix Roman Fnac qui ne m’a jamais déçu. Quand j’ai vu que S’il n’en reste qu’une, le dernier roman de Patrice Franceschi, était dans le carré final, j’ai foncé le lire !

L’histoire

Une journaliste occidentale croit pouvoir enquêter impunément sur le destin magnifique de deux figures légendaires, Tékochine et Gulistan, afin de raconter la pureté de leur cause, l’inflexibilité de leur lutte, les circonstances exceptionnelles de leur mort dans les décombres d’une ville assiégée de l’ancienne Mésopotamie.
Mais accéder au premier cercle des dirigeants clandestins de cette guerre-là se mérite, et peut-être ne peut-on révéler la vérité qui se cache derrière tant de récits lacunaires et contradictoires qu’en se perdant à son tour : son enquête devient peu à peu parcours initiatique, remontée du fleuve du souvenir, hymne à une liberté dont nous avons perdu le sens en cessant d’être prêts à en payer le prix.

Lire la suite »