Celles qui restent, de Samuelle Barbier

Quand j’ai vu que Samuelle Barbier, autrice qui a enchanté mon confinement avec son précédent roman La sirène et le scaphandrier (cliquez ici pour lire ma chronique), sortait un nouveau roman, j’ai foncé tête la première ! Je savais que ce roman me plairait, j’ai donc choisi de le lire pendant une période bien stressante (spoiler alert : j’ai bien fait) !

L’histoire

Celles qui restent est une histoire de sœurs. De femmes. De liens si puissants que les rompre bouleverse tout. Celles qui restent est une histoire de sœurs. De femmes. De liens si puissants que les rompre bouleverse tout.
Clara est l’aînée, la sage, l’exemple à suivre. Celle qui fait tout comme il se doit, quitte à grincer des dents en se forçant à sourire. Constance est la cadette. Si discrète, qu’on en oublie qu’elle existe… jusqu’à ce qu’elle décide de cesser d’exister en se jetant du haut d’un pont. Lucy est la benjamine. Celle qui rit trop fort, parle trop fort, vit trop fort. Parce qu’elle a peur qu’on l’oublie.
Mais il y a aussi Marielle, qui elle, n’a ni sœur, ni frère, ni enfant, tout juste un vieux chien obèse. Celle qui a consacré sa vie aux autres pensait arriver au bout de son chemin dans l’indifférence, jusqu’à ce qu’un ange vêtu d’un manteau rouge se jette d’un pont, juste devant elle, et remette tout en question.

Lire la suite »

La sirène et le scaphandrier, de Samuelle Barbier

Depuis sa sortie, La sirène et le scaphandrier me fait de l’oeil. Sa couverture et son résumé me font penser à une lecture des beaux jours, et c’est sous le soleil que j’ai dévoré ses premières pages, l’ayant emprunté à la médiathèque avant le confinement.

L’histoire

New York. Zach est enfermé dans une cellule, il paie sa dette à la société.
Londres. Hanna est enfermée, elle aussi. Elle vit recluse dans son appartement, incapable d’en franchir le seuil.
Poussée par son psychologue, elle s’inscrit à un programme pour correspondre avec des prisonniers et fait la connaissance de Zach, qui attire son attention dès ses premiers mots. Et s’il offrait à Hanna une liberté qu’elle pense hors de portée ?Lire la suite »