The Curse, tome 2 : The Crime, de Marie Rutkoski

Trois ans : c’est le temps qu’il m’aura fallu pour me plonger dans la suite de la série The Curse. Non pas que la série ne mérite pas que je m’y intéresse, mais j’ai tellement de sagas en cours et de livres qui me tentent, que je n’ai pas pris le temps de m’y pencher auparavant. Mais cette année, j’ai envie d’avancer dans mes séries, et j’ai donc emprunté ce livre à la médiathèque.

L’histoire

Fille du général le plus titré de l’Empire, Kestrel a eu la faiblesse, alors qu’elle réprouve l’esclavage, d’acheter dans une vente aux enchères un jeune homme du nom d’Arin. Pire encore, elle a eu la bêtise de lui permettre de devenir son ami… et de laisser la ville entière s’en émouvoir. Elle n’a compris qu’au dernier moment son erreur, en découvrant l’impensable : espion aux ordres de son peuple oppressé, les Herranis, le jeune homme était là depuis le début pour la trahir, pour renverser le pouvoir.
À présent, tout a changé. Kestrel a été contrainte de lutter pour sa survie. Elle a vu ses amis tomber autour d’elle et a dû supporter la douleur de la trahison d’Arin – elle dont l’éducation entière lui souffle de tout faire pour se venger. Mais, quand il a fallu choisir son camp, elle a préféré, à son tour, l’impensable : sacrifier son bonheur pour celui des Herranis, céder à un terrible chantage qui la force à tourner le dos à Arin une bonne fois pour toutes. Elle est désormais la fiancée du fils de l’Empereur. S’ouvre, à la cour, un terrible jeu d’échec où Kestrel doit mentir à tout le monde, depuis le monarque – un homme sans pitié qui se délecte de la souffrance d’autrui – jusqu’à Arin lui-même, en passant par la masse des courtisans qui n’espèrent que sa chute.
Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ?Lire la suite »

C’est lundi, que lisez-vous ? #208

banniere

Et oui, c’est lundi ! C’est donc parti pour le rendez-vous hebdomadaire du C’est lundi, que lisez-vous ? Ce joli rendez-vous hebdomadaire est géré depuis le blog I believe in Pixie Dust !

Pour rappeler le principe de ce rendez-vous hebdomadaire, qui est très simple, il suffit de répondre à 3 questions :
– qu’ai-je lu la semaine passée ?
– que suis-je en train de lire ?
– que vais-je lire ensuite ?

Lire la suite »

Disparaître, de Mathieu Menegaux

Il y a deux ans, j’ai eu la chance de participer à une soirée littéraire chez ma libraire d’amour, en présence de Mathieu Menegaux. Un auteur qui m’a beaucoup inspirée, et dont je veux tout lire ! Quand j’ai vu que son nouveau roman, Disparaître, était proposé sur NetGalley, j’ai foncé !

L’histoire

Une jeune femme met fin à ses jours à Paris, dans le XVIII° arrondissement.
Un homme est retrouvé noyé sur une plage, à Saint-Jean Cap Ferrat, sans que personne soit en mesure de l’identifier  : le séjour en mer l’a défiguré, et l’extrémité de chacun de ses doigts a été brûlée.
Quel lien unit ces deux affaires  ? Qui a pris tant de soin à préserver l’anonymat du noyé, et pour quelles raisons ? Qu’est-ce qui peut pousser un homme ou une femme à vouloir disparaître  ?Lire la suite »

Merci, fallait pas : Le sexisme expliqué à ma belle-mère, de Laura Domenge

Depuis mon adhésion au Club de lectures féministes de Carnet Parisien, je découvre les essais. Et pas n’importe quels essais : les essais féministes. Des lectures qui sont toujours de très belles découvertes, dont j’apprécie ressortir avec l’impression d’avoir appris des choses. Merci, fallait pas, était la lecture de novembre du club, que je n’avais pas eu le temps de lire à temps. En ce début d’année, j’ai décidé de rattraper mon retard !

L’histoire

« Encore une qui a couché pour réussir… »
« Quelle piplette ! Une vraie gonzesse, celui-là ! »
« J’ai prévu double ration de patates : il y a beaucoup d’hommes à table ! »
Toutes ces petites phrases…
Ma belle-mère, je l’adore… Elle est même plutôt progressiste sur plein de trucs ! Et pourtant, il y a une chose sur laquelle elle est restée à l’âge de pierre : c’est l’égalité hommes/femmes.
Du coup, j’ai entrepris de lui expliquer, gentiment, tous les sous-entendus que ces petites phrases insinuent l’air de rien, et qui nous réduisent, gentiment toujours, nous les meufs, à des petites choses qui doivent rester à leur place.
A bon entendeur !Lire la suite »

Nos rendez-vous, d’Eliette Abécassis

Avez-vous des auteurs vers lesquels vous vous tournez les yeux fermés quand ils sortent un nouveau roman ? J’en ai quelques uns, parmi lesquels Eliette Abécassis. Je n’ai lu qu’un seul roman d’elle (Une affaire conjugale, une merveille !), mais celui-ci m’a tellement touchée que je sais que c’est une autrice dont je partage la vision, et qui saura me parler quelque soit le thème abordé dans son ouvrage (du moins, je le présume). Quand j’ai vu que NetGalley proposait son nouveau roman, Nos rendez-vous, je l’ai immédiatement sollicité, et ai eu le plaisir de voir ma demande acceptée !

L’histoire

Amélie et Vincent se rencontrent, jeunes, à la Sorbonne à la fin des années 80. Chacun ressent un coup de foudre sans oser l’avouer à l’autre : aucun des deux ne se sent « à la hauteur », aucun ne fait le premier pas, aucun n’a la maturité de saisir son bonheur…
Ils se donnent rendez-vous, la jeune femme est en retard : A quelques minutes près, ce jour-là, ce n’est pas un simple rendez-vous qu’elle rate, c’est sa vie.
Puis la vie prend le dessus, les emporte malgré eux vers des destins qu’ils ne maîtrisent plus, leur fait prendre des bifurcations comme on emprunte des portes, puis des couloirs, de dix ans, de vingt ans, de trente ans…Lire la suite »