L’écume des jours (BD), de Jean-David Morvan et Marion Mousse

Couv_161710Il m’arrive régulièrement de me balader dans le rayon BD de la médiathèque sans bien savoir quoi emprunter. Il y a quelques temps, je suis tombé sur l’adaptation en bande-dessinée de L’Ecume des jours, du célèbre Boris Vian. Intriguée, j’ai souhaité rapidement le lire, persuadée d’être happée par la poésie de l’histoire et du dessin…

L’histoire
Jeune homme fortuné, Colin est tourmenté par son célibat. Jusqu’au jour où il rencontre Chloé, la femme de sa vie. Le bonheur est à portée de main. Mais il ne saurait durer. Chloé d’ailleurs toussote. Diagnostic : dans son poumon pousse un nénuphar, que Colin s’épuise à soigner. Mais rien n’y fait. Son état s’aggrave, si bien que leur maison rapetisse, se délabre. Tout devient étriqué, étouffant.

Ce que j’en ai pensé
Malheureusement, je n’ai pas adhéré à cette BD. Ni à l’univers, ni au dessin… Je n’ai pas (encore) lu le roman L’Ecume des jours, de Boris Vian, mais j’ai vu l’adaptation cinématographique sortie il y a quelques années au cinéma, avec Romain Duris et Audrey Tautou, que j’avais plutôt bien aimée.

Je pensais que le format BD m’aiderait à ne pas être trop gênée par l’univers si spécial de l’œuvre, dans lequel la déchéance des personnages est figurée par les changements matériels autour d’eux. Et le souci, c’est que je n’ai pas du tout adhéré au dessin de Marion Mousse… J’ai lu des avis affirmant que celui-ci se prêtait particulièrement bien à l’univers, car c’est un trait très fluide. Moi, au contraire, j’ai trouvé cette fluidité assez grossière par moment.

Du côté de l’adaptation, même s’il m’est difficile de la juger, j’ai retrouvé pas mal de dialogues du film. Toutefois, j’ai été parfois un peu perdue dans ma lecture. J’avais l’impression qu’une scène était coupée net, pour être remplacée par une autre avec d’autres personnages à un autre endroit de manière brutale. Plusieurs fois j’ai vérifié si je n’avais pas passé des pages d’ailleurs…

Enfin, j’aurais aimé que les auteurs s’attardent davantage sur le personnage de Chloé, et sur l’histoire d’amour entre elle et Colin…

Au final, je ne sais pas si je n’ai pas adhéré à la BD en elle-même, ou à l’univers de Boris Vian qui, je n’en doute pas, est bien respecté par rapport à l’œuvre initiale. Même si j’ai aimé le film, j’ai une certaine appréhension à découvrir le roman… à voir.

13/20

Publicités

4 réflexions sur “L’écume des jours (BD), de Jean-David Morvan et Marion Mousse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s