L’Enchanteur, de René Barjavel

Il y a des livres que tout le monde autour de nous a lu, et qui continuent de trainer dans l-enchanteur-4218notre bibliothèque sans qu’on se sente de les lire. C’était mon cas avec L’Enchanteur de René Barjavel : il a été apprécié par beaucoup de personnes de mon entourage, je l’ai depuis au moins 15 ans, et ne l’ai toujours pas lu ! Alors quand le Book Club Livraddict a élu ce roman comme lecture commune du mois, j’étais joie d’avoir enfin un bon prétexte pour lire ce roman !

L’histoire
Qui ne connaît Merlin ? Il se joue du temps qui passe, reste jeune et beau, vif et moqueur, tendre, pour tout dire Enchanteur. Et Viviane, la seule femme qui ne l’ait pas jugé inaccessible, et l’aime ? Galaad, dit Lancelot du Lac? Guenièvre, son amour mais sa reine, la femme du roi Arthur ? Elween, sa mère, qui le conduit au Graal voilé ? Perceval et Bénie ? Les chevaliers de la Table Ronde ? Personne comme Barjavel, qui fait le récit de leurs amours, des exploits chevaleresques et des quêtes impossibles, à la frontière du rêve, de la légende et de l’Histoire. Dans une Bretagne mythique, il y a plus de mille ans, vivait un Enchanteur. Quand il quitta le royaume des hommes, il laissa un regret qui n’a jamais guéri. Le voici revenu.

Mon avis
Comme j’ai bien fait de sortir ce roman ! Car je l’ai beaucoup beaucoup apprécié. Je l’ai trouvé à part de tout ce que j’ai pu lire jusqu’ici, et je suis tombée sous le charme de L’Enchanteur.

Déjà, le sujet principal est tentant : la légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde ! Une légende que tout le monde connait, mais pas dans ses moindres détails. Je ne sais pas si Barjavel s’en est tenu strictement à la légende telle qu’elle existe, et ça m’est égal. Mais j’ai adoré cette histoire, qui tourne d’ailleurs bien davantage autour des chevaliers que du roi Arthur. C’est d’ailleurs un peu dommage, car j’aurais aimé le connaitre davantage ce roi si légendaire. Ici, il n’existe que via le rôle que Merlin veut bien lui donner. On suit principalement quatre chevaliers : Gauvin, Perceval, Lancelot et Galaad, dans leur jeunesse et leur quête du Graal. A travers leur parcours, on découvre leurs vertus et leurs vices, leurs histoires d’amour, et on les regarde s’éloigner peu à peu de leur quête initiale.

Mais le personnage au centre du roman, c’est bien évidemment Merlin. Bien loin de l’image de Disney, on le suit de sa naissance à sa « mort », et on découvre ses faiblesses, notamment son amour pour Viviane, la Dame du Lac. Je garde de Merlin l’image d’un être simple mais torturé, mystérieux et poétique. Je me suis beaucoup attachée au personnage de Viviane, qui souffre d’aimer cet être si particulier qui lui apporte tant de grandeur et d’importance, mais lui impose également de terribles épreuves.

La religion tient une grande importance dans ce roman, comme dans la plupart des romans de Barjavel. Et ça me gêne toujours un peu, même si dans ce roman-ci la présence religieuse est inévitable. Elle est parfois même remise en question, certains dogmes chrétiens sont mis en cause, et j’ai bien apprécié cela. Barjavel s’était montré très sexiste dans Ravage, et là ce n’est pas le cas (enfin, un peu moins).

Et ce que j’ai apprécié, plus que tout, c’est la plume de l’auteur. Elle sied parfaitement à la légende, car il réussit à instaurer une ambiance de « conte » assez particulière qui m’a totalement immergée.

Toutefois, je trouve que l’histoire souffre de trop nombreuses longueurs, comme certaines étapes des chevaliers qui ne servent pas réellement l’histoire. Je n’étais jamais hyper pressée de reprendre ma lecture quand je devais l’arrêter, et parfois je ressentais une certaines langueur pendant que je lisais. A part les dernières pages qui m’ont réellement passionnée car elles sont bourrées d’action, le reste du roman est plutôt plan-plan…

Barjavel m’avait totalement conquise avec La nuit des temps, moyennement convaincu avec Les chemins de Katmandou, puis énormément déçue avec Ravage. Grâce à L’Enchanteur, il remonte dans mon estime !

15/20

Roman lu dans le cadre du Book Club Livraddict

Publicités

14 réflexions sur “L’Enchanteur, de René Barjavel

    • Oui, là le côté religion passe bien grâce à l’histoire (rien que le Graal est un élément religieux). Et là j’ai apprécié que Barjavel, ne se serve pas de ce côté religieux pour servir un certain discours moralisateur (comme il le fait dans d’autres de ses romans).

      J'aime

  1. Livre lu très récemment (ma chronique sur le blog ne va pas tarder!), mais j’ai pensé exactement la même chose que toi concernant les longueurs. J’ai lu ce livre en UN MOIS ce qui ne m’arrive jamais, mais je n’étais jamais complètement happée par l’histoire. Belle découverte néanmoins, et on est d’accord que la plume de Barjavel, c’est une petite pépite 🙂

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s