Les Fourmis, tome 2 : Le jour des fourmis, de Bernard Werber

Il y a un an, j’avais entamé la trilogie des Fourmis avec le premier tome, qui ne m’avait pas franchement enthousiasmé (cliquez ici pour lire ma chronique)… Mais vu que j’avais pioché ce roman pour la lettre W (comme Werber) de mon challenge ABC 2017, et que je possédais le livre dans ma pile à lire depuis des années, je me suis décidée à le lire. Et pour doublement me motiver, je compter sur ma petite Ludivine du blog Lectures du chatpitre, avec qui nous avions convenu d’une lecture commune !

L’histoire
Elles sont un milliard de milliards. Nous les remarquons à peine, elles nous guettent pourtant depuis longtemps. Pour certaines, nous sommes des Dieux. Pour les autres, des êtres malfaisants. Avec une intelligence et une organisation prodigieuses qui n’ont rien à envier aux armées les plus redoutables, elles se préparent à une lutte sans merci. Qui seront les vrais maîtres de la terre ? De la réponse à cette question leur survie dépend… La nôtre aussi. LE JOUR DES FOURMIS est-il vraiment arrivé ?

Mon avis
Bon… J’avais peur de commencer ce livre, et ce que je pressentais arriva : je n’ai pas du tout aimé ma lecture. Je ne lirai pas la suite, c’est certain, et je pense même faire une pause Werber de quelques mois, voire quelques années…

Commençons par le seul point positif du livre : c’est intéressant. Beh oui, j’ai beau ne pas avoir aimé, j’ai tout de même appris pas mal de choses sur les fourmis, et sur d’autres insectes. Moi qui déteste ça, et bien je suis maintenant un peu plus en empathie avec eux. Bernard Werber réussit à chaque fois à mettre en parallèle, avec brio, l’évolution des fourmis et leur découverte du monde avec l’Histoire de l’Homme, et j’apprécie beaucoup cela également.

Mais je me suis ennuyée. Car ce que j’ai lu dans ce tome, toutes les réflexions et idées soulevées par l’auteur, je les ai déjà lues dans d’autres de ses sagas. Je n’avais donc pas l’attrait de la nouveauté, l’intérêt de la brillance de la pensée. Et surtout, c’était long, mais long ! Bien trop long, bien trop répétitif, bien trop mou. J’ai l’impression que l’ensemble de la trilogie pourrait être réduite à un seul tome.

Peut-être n’ai-je pas l’esprit assez scientifique pour adhérer à ce genre de lecture… Ou peut-être que je recherche dorénavant des choses plus « romanesques » ? Dans tous les cas, les Fourmis, c’est fini pour moi !

Cliquez ici pour retrouver la chronique (bien plus enthousiaste)
des Lectures du chatpitre

Une réflexion sur “Les Fourmis, tome 2 : Le jour des fourmis, de Bernard Werber

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s