Les Graciées, de Kiran Millwood Hargrave

Les Graciées fait partie de ces romans qui m’effraient et m’attirent à la fois. Ils m’attirent de par leur résumé et leur air singulier, mais ces mêmes éléments m’effraient en même temps. Mais après des semaines à en repousser la lecture, je me suis lancée…

L’histoire

1617, Vardø, au nord du cercle polaire, en Norvège.
Maren Magnusdatter, vingt ans, regarde depuis le village la violente tempête qui s’abat sur la mer. Quarante pêcheurs, dont son frère et son père, gisent sur les rochers en contrebas, noyés. Ce sont les hommes de Vardø qui ont été ainsi décimés, et les femmes vont désormais devoir assurer seules leur survie.
Trois ans plus tard, Absalom Cornet débarque d’Écosse. Cet homme sinistre y brûlait des sorcières. Il est accompagné de sa jeune épouse norvégienne, Ursa. Enivrée et terrifiée par l’autorité de son mari, elle se lie d’amitié avec Maren et découvre que les femmes peuvent être indépendantes. Absalom, lui, ne voit en Vardø qu’un endroit où Dieu n’a pas sa place, un endroit hanté par un puissant démon.

Mon avis

Quelle lecture ! Les Graciées est un roman unique, qui m’a immergée au sein d’un groupe de femmes victime de leur époque et de leur culture, que je ne suis pas près d’oublier. Je peux même le considérer comme un petit coup de coeur !

J’ai entendu des tas d’avis divergents sur ce roman; soit on l’adore, soit on le déteste. Je comprends totalement que l’on puisse rester totalement hermétique à la plume (du moins à la traduction) de Kiran Millwood Hargrave, qui est très particulière. Elle réussit à vous immerger dans une époque et en même temps à se détacher de ses personnages, à tel point qu’on ne sait parfois pas comment interpréter telle action ou parole. Pour ma part, j’ai été totalement envoutée par sa plume, et par la sensation de transe et de fantasme qui transpirait de certaines scènes. C’est en son écriture que ce roman est unique, je sais que je ne retrouverais pas les sensations et les images que m’a inspirées cette lecture ailleurs.

Au-delà de cette plume immersive, l’autrice a écrit une histoire absolument fabuleuse ! Cette histoire de chasse aux sorcières dans un petit village du nord du cercle polaire aborde des thèmes très puissants : sororité, liberté religieuse, poids du patriarcat. Dès les premières pages vous sentez venir les scènes difficiles, mais je ne m’attendais pas à ce que mes sens soient mis à si rude épreuve durant certaines scènes. Je me suis énormément attachée aux deux héroïnes du livre, Maren et Ursa, diamétralement opposées qui vont s’enrichir de leurs différences.

Vous l’aurez compris, cette lecture fut une véritable expérience. Je sais que je ne suis pas près de relire un livre comme Les Graciées, aussi émouvant que révoltant. Ce roman a réussi à m’émouvoir, m’horrifier et me révolter en même temps, et pour cela il restera inoubliable. Tentez-le !

5 réflexions sur “Les Graciées, de Kiran Millwood Hargrave

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s