Je me suis tue, de Mathieu Menegaux

IMG_20170930_183124_728

Il m’a fallu l’organisation d’une soirée littéraire chez mon libraire en présence de l’auteur, et la sélection du roman pour le Prix littéraire des chroniqueurs web 2017 pour que je me décide enfin à lire les 144 pages de la version poche du premier roman de Mathieu Menegaux : Je me suis tue. Un premier roman qui a récolté de très bons avis sur la blogosphère au moment de sa sortie, et qu’il me tardait de découvrir !

L’histoire
Un dîner en ville. Au menu, nourriture bio, affaires et éducation des enfants. Claire s’ennuie et décide de rentrer seule à vélo. Elle ne le sait pas encore mais sa vie vient de basculer. Tour à tour victime puis criminelle, Claire échoue en prison et refuse obstinément de s’expliquer. À la veille de son jugement, elle se décide enfin à sortir de son mutisme…

Mon avis
144 pages dures, brutales, mais humaines. Une soirée de lecture en apnée, où le besoin de reprendre mon souffle se faisait sentir tellement certaines pages étaient insupportables. Mais un roman inoubliable, très fort et très juste. Voilà ce que fut ma lecture de Je me suis tue.

Le personnage de Claire, auquel je me suis très facilement identifiée, va vivre une véritable descente aux enfers, et s’enfoncer dans le mensonge au fur et à mesure des pages. Et vivre ces épreuves avec elle fut tellement douloureux ! Je n’ai pas pu m’empêcher d’être en empathie totale avec elle, de la première à la dernière ligne. Même quand je savais qu’elle ne prenait pas les bonnes décisions, qu’elle ne se défendait pas comme elle le devait, je la comprenais. Et c’est dur de lire tout ce qu’elle subit au fil des pages.

A aucun moment Mathieu Menegaux ne ménage ses personnages ou son lecteur. Il m’a a la fois surprise, terrifiée, horrifiée. Le roman ne fait que 144 pages, mais ce sont 144 pages d’écriture précise, brute, parfois acerbe, sans fioritures, et extrêmement efficace. La capacité de l’auteur à se mettre dans la peau d’un personnage féminin est d’ailleurs assez bluffante !

Je me suis tue fait partie de ces quelques romans coups de poing qui m’auront laissé pantelante (oui oui, pantelante !), sans voix, interloquée. Un roman court mais terrible de justesse et d’effroi, qui ne pourra pas vous laisser indifférent…

PS : Pour l’avoir rencontré chez mon libraire, Mathieu Menegaux est très sympa, très intéressant, et possède une culture littéraire dingue ! Et c’est tout ce que j’ai à dire à propos de ça (oui j’ai envie de citer Forrest Gump) !

6 réflexions sur “Je me suis tue, de Mathieu Menegaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s