Disparaître, de Mathieu Menegaux

Il y a deux ans, j’ai eu la chance de participer à une soirée littéraire chez ma libraire d’amour, en présence de Mathieu Menegaux. Un auteur qui m’a beaucoup inspirée, et dont je veux tout lire ! Quand j’ai vu que son nouveau roman, Disparaître, était proposé sur NetGalley, j’ai foncé !

L’histoire

Une jeune femme met fin à ses jours à Paris, dans le XVIII° arrondissement.
Un homme est retrouvé noyé sur une plage, à Saint-Jean Cap Ferrat, sans que personne soit en mesure de l’identifier  : le séjour en mer l’a défiguré, et l’extrémité de chacun de ses doigts a été brûlée.
Quel lien unit ces deux affaires  ? Qui a pris tant de soin à préserver l’anonymat du noyé, et pour quelles raisons ? Qu’est-ce qui peut pousser un homme ou une femme à vouloir disparaître  ?

Mon avis

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, même si ce n’est pas mon préféré de l’auteur. Reste que l’histoire est intéressante, à tel point que j’ai dévoré le roman en une matinée !

J’ai déjà lu Je me suis tue de ce même auteur, qui m’avait totalement retournée. Ce ne fut pas le cas avec ce roman-ci, qui est bien différent, mais mon plaisir de lecture n’en a pas été amoindri. Disparaitre tient plus du thriller, et oscille entre deux histoires : une enquête, et une histoire qui tient plus du contemporain. J’ai beaucoup aimé l’aspect contemporain du roman, qui aborde des thématiques comme la solitude, ou encore l’aliénation par le travail. J’ai été moins emballée par l’enquête policière, ayant beaucoup de mal avec le personnage du flic totalement antipathique. Et l’autre bémol, c’est le manque de surprise de l’histoire; on sent rapidement les liens entre les deux histoires venir, et du coup, en refermant le roman, on reste sur une petite faim.

Cependant, j’ai dévoré ce livre. En une matinée, il était lu, comme l’avait été Je me suis tue. Mathieu Menegaux sait rendre ses romans très accrocheurs grâce à une écriture au couteau. Sa plume est simple, sans fioritures, mais totalement accrocheuse. Le roman a du rythme, les pages se tournent sans qu’on le réalise. J’ai bien apprécié certains personnages du livre (à part le flic, une espèce de loup de mer solitaire vu et revu dans les romans policiers), et j’avais hâte de connaitre le dénouement de leur histoire. J’ai aimé ce que je lisais, jusqu’à ce que je referme le roman et regrette le manque de surprise.

C’est donc un avis mi-figue mi-raisin sur Disparaitre : un livre que j’ai pris énormément de plaisir à lire, mais dont la construction me laisse au final un peu sur ma faim…

3 réflexions sur “Disparaître, de Mathieu Menegaux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s