Deux soeurs pour un roi, de Philippa Gregory

Ceux qui me connaissent ou me suivent sur Instagram le savent : je suis passionné par la période Tudor, célèbre famille royale britannique qui a régné au XVIème siècle, et compte parmi ses deux monarques les plus célèbres Henri VIII et Elizabeth Ière. J’avais lu plus tôt dans l’année Les Tudors, de Liliane CrétéDeux-Soeurs-pour-un-roi (cliquez ici pour lire mon avis), qui relatait de manière simple et compréhensible toute l’histoire de cette illustre dynastie. Celui-ci était très différent car c’était un livre d’Histoire pure, mais j’avais très envie de me replonger dans les complots royaux ! Quand j’ai vu que Deux sœurs pour un roi était disponible à la médiathèque, j’ai foncé ! Écrit par Philippa Gregory, spécialiste de cette ère et qui a participé à de nombreuses adaptations sur petit et grand écran, ce roman s’inspire de l’histoire des deux sœurs Boleyn, Anne et Marie, toutes deux maitresses du roi Henri VIII, et a été adapté sur grand écran (avec Natalie Portman et Scarlett Johansson dans les rôles principaux).

L’histoire
Introduite au palais de Westminster, à l’âge de 14 ans, Marie Boleyn est séduite par le roi Henri VIII auquel elle donnera deux enfants. D’abord éblouie par le jeune souverain, elle comprend très vite qu’elle sert d’appât au milieu des complots dynastiques. Quand l’intérêt du roi pour elle s’émousse, le clan Boleyn demande à sa soeur et rivale, Anne, de le séduire à son tour.
Marie, désormais en disgrâce, ne peut qu’assister, impuissante, au succès de sa soeur, dont l’ambition n’a plus de limites. Mais il y a quelqu’un que la cour n’impressionne pas. Il osera braver les conventions pour offrir à Marie une vie de liberté et de passion…
Se déroulant sur quinze ans (1521-1536), cette fresque historique, racontée à la première personne par Marie Boleyn, dépeint les rivalités, les ambitions et les trahisons au sein d’une cour où se déchaînent les passions les plus sombres – une histoire tragique qui se terminera dans le sang.

Ce que j’en ai pensé
J’attendais énormément de ce livre, et j’en ressors ravie mais un peu déçue.
Je trouve que le contexte historique est très bien décrit : on comprend l’enjeu de la naissance d’un héritier de la couronne suite à l’arrivée récente de la dynastie Tudor sur le trône d’Angleterre, l’importance du mariage royal par rapport à la politique internationale, le contexte du schisme avec Rome, l’ambiance de la Cour, les guerres en Europe, etc. Tout cela, bien que très politique, est décrit de manière très simple, l’auteur ne donne pas trop de détails inutiles, ce qui est très appréciable.

J’ai toutefois été déçue de l’invraisemblance de certains faits historiques. Mais je ne peux que m’en blâmer… J’ai en effet eu beaucoup de mal à intégrer la notion de « roman » pendant ma lecture, surtout au début. Ayant vu des documentaires et lu des livres sur cette période, tout ce que je lisais me paraissait faux (même si je ne prétends pas du tout être une spécialiste de cette période). Surtout l’histoire de Marie, de sa rencontre avec le roi et du déroulement de leur histoire (la naissance des deux enfants, etc.). Mais au bout d’un moment, j’ai réalisé que c’était un roman et que donc, je n’avais qu’à me laisser transporter par les pages. Et là ça a fonctionné à merveille, et je suis totalement rentré dans le livre !

Même si le personnage de Marie m’a beaucoup énervé, j’ai été complètement prise par l’histoire. Je trouve que l’auteur a un peu trop forcé les traits de caractère de ses personnages, surtout les deux sœurs : Marie est la gentille petite blonde sainte-nitouche aux yeux clairs, tandis qu’Anne est la cupide et ambitieuse aînée aux cheveux noirs, totalement imbuvable… Ce qui fait qu’à la fin de la lecture, on peut se dire que ce qui lui arrive est mérité, alors que totalement non, c’est totalement injustifié ! Les novices sur les Tudors peuvent se dire en lisant ce roman qu’Anne Boleyn n’était qu’une manipulatrice ambitieuse (ce qu’elle était tout de même), alors qu’elle était probablement également très attachée au roi et a payé le prix de son esprit vif et moderne de sa vie…

Au final j’ai dévoré ce roman, qui est très bien écrit et resitue parfaitement le contexte historique et les personnages. Les faits historiques importants qui y sont relatés sont véridiques (mariages, guerres, complots, etc.), mais certains pas tellement (les deux enfants de Marie Boleyn ne sont pas forcément ceux du roi par exemple, et Anne Boleyn n’a pas adopté le fils de sa sœur non plus, enfin je ne pense pas…), ils ne servent qu’à servir l’intrigue.
Je lirai avec plaisir les autres romans de Philippa Gregory (L’héritage Boleyn sur les autres épouses de Henri VIII, est d’ailleurs l’une de mes prochaines lectures), tout en gardant à l’esprit que ses livres restent des romans, et que je dois les apprécier comme tels !

16/20

Publicités

8 réflexions sur “Deux soeurs pour un roi, de Philippa Gregory

      • J’en avais lu un autre mais impossible de me souvenir du nom du livre, je me souviens juste qu’à la fin, le personnage principal qui est une femme meurt exécutée alors qu’elle avait plaidé la folie en espérant avoir la vie sauve! Finalement, je m’étais contenté de commencer la série tv et de ne rien lire d’autres alors que j’aime beaucoup cette période 🙂 Si tu as des conseils, je suis preneuse!

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s